La Ville de Bromont a reçu 5740 $ pour financer l’achat de matériel d’entrainement de ski de fond.

21 000 $ iront à des projets régionaux

Des organismes sans but lucratif, associations, écoles et municipalités profiteront de bourses du fonds « Montérégie, on bouge », issues d’un programme gouvernemental et attribuées par l’organisme Loisir et sport Montérégie. Des 80 040 $ investis dans l’ensemble de la Montérégie, près de 21 000 $ iront à des projets d’organisations présentes sur le territoire couvert par La Voix de l’Est.

De tous les villes et villages de la région, c’est la municipalité de Stanbridge East qui a reçu la bourse la plus importante (7500 $).

La Stanbridge East Sports Association investira ce montant dans l’achat de six kayaks doubles et de douze pagaies. L’objectif est de permettre gratuitement leur utilisation pour les citoyens du village et des environs.

Des excursions pour enfants pourraient même être organisées sur la rivière aux Brochets au courant de l’été.

Du côté de Bromont, deux projets ont reçu un total 7390 $.

La municipalité a d’abord obtenu 5740 $ pour financer l’achat de matériel de ski de fond et de ski à roulettes. Selon le communiqué de Loisir et sport Montérégie, la municipalité souhaite organiser de « petites séances d’entraînement gratuites d’une durée de 4 à 6 semaines ». Il n’a toutefois pas été possible de confirmer l’information auprès de la direction des sports et des loisirs de la Ville.

L’équipement devrait permettre la mise en place d’un camp d’entrainement pour les jeunes ayant débuté leur préparation en vue des prochains Jeux du Québec.

L’école primaire Saint-Vincent-Ferrier dans le secteur Adamsville a quant à elle reçu 1650 $ afin de se procurer 25 vélos et l’équipement nécessaire à leur usage. L’école souhaite initier les élèves de maternelle et du 1er cycle aux deux roues dans le but de participer au programme Cycliste averti de Vélo Québec.

À Saint-Césaire, l’école primaire Saint-Vicent s’est vu octroyer 6000 $ pour l’ajout d’infrastructures sportives variées, comme un parcours d’hébertisme et des structures pour la gymnastique dans la cour d’école.

Les sommes ne correspondent toutefois pas nécessairement aux coûts totaux des projets.

« Certains projets ont été financés en partie, d’autres au complet, tout dépendant de leur nature et de leurs besoins », explique Aglaé Labelle, conseillère en loisir chez Loisir et sport Montérégie.

L’an dernier, l’enveloppe annuelle avait totalisé 136 400 $. Cette fois, les responsables appréhendent que la seconde distribution de bourses à l’automne ne devrait pas excéder les 60 000 $, soit environ 15 000 $ de moins qu’en 2017.