La vice-présidente de l’Association Québec-France-Haute-Yamaska, Suzanne Robert, a campé le rôle de feu l’écrivaine franco-manitobaine Gabrielle Roy à l’occasion du lancement de la 20e Francofête.

20e Francofête: la langue française à l’honneur

Parlé par plus de 10 millions de Canadiens, dont quatre millions hors Québec, le français sera célébré lors de la Francofête, du 17 au 24 mars, à Granby. Lors de cette semaine dédiée à la francophonie, notre langue sera entourée d’amour, sous la forme de jeux de mots, de musique, de poésie et de bien d’autres façons !

Le lancement de la semaine de la Francofête a été annoncé par... Gabrielle Roy, ressuscitée pour « l’occasion » au centre culturel France-Arbour, jeudi matin. Cachée sous les traits de l’écrivaine franco-manitobaine, Suzanne Robert, l’organisatrice de l’événement, a rappelé qu’il fallait continuer à se serrer les coudes en tant que francophones, désignant ceux établis hors Québec pour qui parler et vivre en français représente toujours un défi.

Le coup d’envoi de cette semaine de festivités aura lieu au foyer du Palace, dimanche 17 mars, à 13 h, en compagnie de France Arbour, défenseure invétérée du français. L’activité gratuite aura pour nom « Du plaisir avec les sons ou du Fun avec les phones », explique la comédienne polyglotte qui maîtrise sept langues étrangères.

Dimanche soir, le spectacle musical Bonbon Vaudou mettra en scène des artistes de l’île de la Réunion et de l’Afrique. Des billets pour ce spectacle seront offerts lors de l’activité organisée par Mme Arbour, plus tôt l’après-midi.

La comédienne et ardente défenseure du français France Arbour n'a rien perdu de sa verve, alors que l'activité « Du plaisir avec les sons ou du Fun avec les phones » qu'elle propose ouvrira la semaine de la Francofête, dimanche 17 mars.

Les papilles ne seront pas en reste puisque des dégustations culinaires au coût de 5 $ par personne seront organisées tout au long de la semaine. Elles auront lieu lundi et mercredi au Provigo situé au 80, rue Saint-Jude Nord, en compagnie du chef Tomei Moreno (lundi) et Isabelle Alexis (mercredi), puis mardi et jeudi à la Poissonnerie Cowie, avec Jacques Martin.

La Francofête, organisée par l’Association Québec-France-Haute-Yamaska, souffle 20 bougies cette année.

Poésie

Une soirée retracera par ailleurs l’évolution de la poésie québécoise, vendredi à 19 h 45 à la Bibliothèque P. O. Trépanier, à laquelle participera notamment le poète granbyen Émile Roberge. Samedi,à la salle Boréart du Centre culturel France-Arbour, les peintres Francine Brodeur, Gérard Desrochers et Michèle Kramer parleront de leur parcours artistique et de ce qui inspire leur créativité, aux côtés des poètes Diane Laliberté et Émile Roberge qui partageront avec eux cette activité.

Les jeux autour des mots seront aussi à l’honneur lors de l’événement, avec une partie de scrabble duplicate, jeudi à 19 h, et lors du Tourismots et de la « Ludictée », dimanche 24 mars, à 12 h et 13 h. Le maire de Val-d’Or, en Abitibi, fera notamment la lecture de la dictée par vidéoconférence puisque cette région du Québec est mise de l’avant cette année dans le cadre de cette activité.

Le souper de la francophonie, auquel participera le comédien Marc-André Coallier, clôturera les activités de cette semaine, dimanche à 18 h. « Il est important de célébrer la langue française et il faut être fier d’être francophone, peu importe où on est au pays, a tenu à souligner Pierre Breton, député fédéral de Shefford. Le français est une des deux langues officielles et on doit la protéger. »

Les réservations pour le souper et les autres détails de la programmation peuvent être obtenus en contactant Suzanne Robert au 450 991-4071.

COMPRESSIONS DANS LES SERVICES EN FRANÇAIS

Du Nouveau-Brunswick au Manitoba, en passant par l’Ontario, les francophones canadiens ne l’ont pas facile ces temps-ci.

La décision du premier ministre ontarien Doug Ford de ne plus financer le projet d’Université de l’Ontario français a entraîné une levée de boucliers parmi les francophones de la province. 

Au Nouveau-Brunswick, le nouveau gouvernement de Blaine Higgs, qui a l’appui d’un parti réfractaire au bilinguisme, a réduit son financement au comité organisateur des Jeux de la francophonie de Moncton-Dieppe, rappelait Radio-Canada, ce qui a entraîné leur annulation. 

Ce média indiquait enfin qu’au Manitoba, la nomination d’un sous-ministre de l’Éducation non bilingue a également soulevé quelques inquiétudes.