Le fondateur du Défi têtes rasées, l’homme d’affaires Serge Tremblay, promet un « méchant party » pour le 20e anniversaire de l’événement phare de Leucan. Il est entouré de Lysanne Groulx, Mireille Hébert, Karine Fontaine et Geneviève Bordeleau, toutes de Leucan.
Le fondateur du Défi têtes rasées, l’homme d’affaires Serge Tremblay, promet un « méchant party » pour le 20e anniversaire de l’événement phare de Leucan. Il est entouré de Lysanne Groulx, Mireille Hébert, Karine Fontaine et Geneviève Bordeleau, toutes de Leucan.

20e Défi têtes rasées à Granby: «Je veux boucler la boucle»

« Un méchant party ». C’est ce que promet le fondateur du Défi têtes rasées, Serge Tremblay, à tous ceux qui participeront à l’événement le 14 juin prochain aux Galeries de Granby. Et il n’a pas hésité à monter la barre bien haute en mettant sa propre chevelure à prix pour amasser 30 000$.

C’est avec enthousiasme que l’homme d’affaires, propriétaire des bannières Sports Experts de Granby et Bromont, prend la mesure du chemin parcouru depuis le lancement du Défi, en 2001. 

« Quand j’ai lancé l’événement, je ne pensais pas que ça se rendrait jusque-là. Je suis vraiment content. Vingt ans plus tard, je suis toujours aussi émotif, a confié en point de presse celui qui agira comme président d’honneur, des trémolos dans la voix. Je suis vraiment fier et je veux boucler la boucle. »

« L’étincelle de Serge nous a permis d’arriver 20 ans plus tard avec des impacts à travers la province », a pour sa part souligné la directrice des campagnes de Leucan pour l’ensemble du Québec, Lysanne Groulx. À ce jour, le Défi a permis d’amasser 60 millions $ grâce à la participation de 95 000 personnes ayant mis leur tête à prix. Les organisateurs de l’événement à Granby veulent franchir le cap de
100 000 participants.

Le fondateur du Défi a à ce point la cause des enfants malades dans la peau qu’il souhaite se faire tatouer le signe de Leucan. Une façon de souligner son implication dans la
20e mouture de l’événement phare, qu’il promet haut en couleur. « Si les gens veulent vivre quelque chose, c’est la bonne année. Je veux faire un méchant party », a-t-il indiqué.

Retombées

Bon an mal an, le Défi têtes rasées permet de recueillir entre 3,6 à 4 millions $. « Cet argent nous permet de nous assurer que dans chaque région, les familles puissent avoir accès à une conseillère. Quelqu’un qui sera là pour les accompagner tout au long des étapes de la maladie », a mentionné Mme Groulx. 

La petite Anaïs Tétreault, cinq ans, peut en témoigner. Elle a bénéficié de ces services juste après avoir encaissé le choc du diagnostic d’une histiocytose de Langerhans, une maladie orpheline. Elle n’avait alors que huit mois. En parallèle aux traitements de chimiothérapie, la porte-parole du Défi à Granby et ses proches ont eu notamment droit à de l’aide financière, des massages, en plus de participer à des camps de jour. 

Chaque personne qui se fait raser la tête ou qui remet un don fait la différence, a assuré Serge Tremblay, enjoignant la population à s’impliquer pour cette « cause pure ». 

« Pour la première fois de ma vie, aujourd’hui, je demande aux gens de me donner un coup de main pour ramasser des sous. Leucan en a besoin et les familles aussi. L’argent s’en va à la bonne place. »

Pour de plus amples renseignements ou pour s’inscrire, consulter le site tetesrasees.com