La bloquiste Andréanne Larouche a causé la surprise lors de l’élection fédérale du 21 octobre en l’emportant contre le libéral Pierre Breton dans la circonscription de Shefford.
La bloquiste Andréanne Larouche a causé la surprise lors de l’élection fédérale du 21 octobre en l’emportant contre le libéral Pierre Breton dans la circonscription de Shefford.

2019, une année mouvementée sur l’échiquier politique local

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
L’année qui s’achève a été, une fois de plus, riche en rebondissements et en événements. Sur l’échiquier politique, de nombreux bouleversements sont venus changer le visage de la région.

Trois nouveaux députés fédéraux

La bloquiste Andréanne Larouche a causé la surprise lors de l’élection fédérale du 21 octobre en l’emportant contre le libéral Pierre Breton dans la circonscription de Shefford. Le député sortant avait pourtant entamé la campagne électorale avec 47 % des intentions de vote selon un sondage Recherche Mainstreet.

Un an après avoir élu Isabelle Charest comme députée provinciale, les citoyens de Brome-Missisquoi ont également choisi une ex-olympienne pour les représenter à la Chambre des communes. Au terme d’une soirée électorale enlevante où elle et son adversaire bloquiste Monique Allard se sont livré une chaude lutte, Lyne Bessette est sortie triomphante du duel.

Enfin, les électeurs de Saint-Hyacinthe-Bagot ont succombé au renouveau bloquiste, choisissant le nouveau venu Simon-Pierre Savard-Tremblay pour succéder à la néodémocrate Brigitte Sansoucy.

Le député sortant de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, a annoncé son retrait de la vie politique en août.

Denis Paradis quitte la vie politique

Après un retour fort remarqué sur la scène fédérale en 2015, le député sortant de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, a annoncé son retrait de la vie politique en août, confirmant qu’il ne serait pas de la course électorale du 21 octobre. 

Le dernier mandat du vétéran député avait été agité par des troubles à l’intérieur de l’association de comté dans la dernière année. En août 2018, une « équipe du renouveau » avait tenté de s’emparer d’une majorité de postes à l’intérieur de l’association pour demander davantage de transparence au député. En octobre, une pétition réclamant une course à l’investiture en vue des prochaines élections fédérales avait récolté plus de 400 signatures. Guillaume Tétreault, leader de « l’équipe du renouveau », avait finalement été élu président de l’association avant d’être démis de ses fonctions en janvier de cette année.

Candidate investie à la succession de M. Paradis, Lyne Bessette est parvenue à garder la circonscription dans le giron libéral.

2019 a été une année difficile pour le maire de Granby, Pascal Bonin. L’élu s’est d’abord absenté du 4 avril au 23 mai pour des raisons de santé. Un peu avant la mi-novembre, le maire a à nouveau dû se retirer de ses fonctions, cette fois pour une durée indéterminée.

Pascal Bonin sur le carreau

2019 a été une année difficile pour le maire de Granby, Pascal Bonin. L’élu s’est d’abord absenté du 4 avril au 23 mai pour des raisons de santé. À son retour, il avait évoqué un épuisement professionnel pour justifier cette pause. « Je traînais de la fatigue depuis longtemps. Et je n’en venais pas à bout. Ce n’est pas compliqué, j’étais épuisé. Quand on fait un métier comme celui-là, on travaille pour les citoyens. Si on n’a pas l’énergie pour ça, on n’est pas d’une grande utilité. J’ai pris cette décision en me disant qu’un dirigeant honnête est capable de dire qu’il est mieux de se retirer le temps de refaire le plein d’énergie, plutôt que de risquer de prendre de mauvaises décisions », avait-il expliqué à La Voix de l’Est.

Un peu avant la mi-novembre, le maire a à nouveau dû se retirer de ses fonctions, cette fois pour une durée indéterminée. C’est le conseiller Robert Riel qui assure depuis la fonction de maire suppléant.

Le maire de Saint-Ignace-de-Stanbridge, Albert Santerre, est décédé des suites d’un cancer, le 3 février, à l’âge de 68 ans.

Deux maires s’éteignent

Le maire de Saint-Ignace-de-Stanbridge, Albert Santerre, est décédé des suites d’un cancer, le 3 février, à l’âge de 68 ans. Les membres du milieu municipal de Brome-Missisquoi ont été nombreux à se faire entendre pour rendre hommage à celui qui occupait la mairie, malgré la maladie, depuis 35 ans. En 2015, M. Santerre avait entrepris des traitements pour combattre un cancer du sang. Aminci par ses traitements, il avait quand même continué de siéger au conseil des maires. En novembre 2018, il a toutefois appris que sa leucémie était réapparue alors qu’il était hospitalisé pour une infection pulmonaire.

Brome pleure aussi la perte de son premier magistrat. Le 18 novembre dernier, Tom Selby est décédé des suites d'une leucémie. Il avait été conseiller municipal de 1989 à 2001 puis maire de 2001 jusqu’à son décès. 

La Commission municipale du Québec, après étude de plaintes formulées par des citoyens, a condamné le maire de Stukely-Sud Patrick Leblond, qui avait enregistré un verdict de culpabilité, à deux semaines de suspension sans salaire pour ne pas s’être retiré et avoir déclaré son intérêt lors de votes concernant sa propriété, le Domaine des Cantons.

Remous à Stukely-Sud

En s’engageant en politique, le maire de Stukely-Sud, Patrick Leblond, s’était engagé à faire connaître la municipalité à l’échelle provinciale. Malheureusement pour lui, ce sont surtout les tensions entre les citoyens et les membres du conseil qui ont fait parler. Un projet contesté de résidences touristiques, mis au rencart à la suite d’un référendum, puis des allégations de conflit d’intérêts à l’endroit du maire et de deux conseillers, Charles-Édouard Lavallée et Véronique Stock, ont suscité des échanges houleux dans la salle du conseil municipal. Si la Commission municipale du Québec, après étude de plaintes formulées par des citoyens, a déterminé que ni Mme Stock ni M. Lavallée ne s’étaient réellement placés en conflit d’intérêts, le tribunal administratif a toutefois condamné le maire Leblond, qui avait enregistré un verdict de culpabilité, à deux semaines de suspension sans salaire pour ne pas s’être retiré et avoir déclaré son intérêt lors de votes concernant sa propriété, le Domaine des Cantons.

Le départ à la retraite du grand argentier et directeur général adjoint de Granby, Jean-Pierre Renaud, a mené à une réorganisation au sein de la direction générale de la Ville de Granby.

Réorganisation à la direction générale de Granby

Le départ à la retraite du grand argentier et directeur général adjoint de Granby, Jean-Pierre Renaud, a mené à une réorganisation au sein de la direction générale de la Ville, qui a entraîné l’abolition du poste de directeur des finances et la création officielle du poste de directeur général adjoint, comblé par Gabriel Bruneau. Dans la foulée, la trésorière adjointe, Sylvie Chouinard, est devenue la nouvelle trésorière de la Ville. Le directeur général adjoint composera ainsi avec un volet administratif plus important, de façon à ce que le directeur général soit plus présent dans la communauté et davantage en lien avec les organismes de développement du territoire, tels que Granby Industriel et Commerce Tourisme Granby et région, ainsi qu’avec les promoteurs, a-t-on fait savoir.

Les premiers mois du député de Johnson, André Lamontagne, en tant que ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ne se sont pas passés en douceur.

Un ministre rabroué

Les premiers mois du député de Johnson, André Lamontagne, en tant que ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation ne se sont pas passés en douceur. À la fin janvier, l’élu s’est retrouvé au coeur de la controverse après avoir déclaré qu’il avait personnellement congédié l’agronome Louis Robert, qui avait agi comme lanceur d’alerte auprès des médias en dénonçant l’influence du secteur privé dans les recherches publiques sur les pesticides. Quelques jours plus tard, M. Lamontagne, qui a dû se défendre d’avoir subi quelconque pression, s’est rétracté, admettant avoir « fait une erreur » et demandant à la Protectrice du citoyen d’enquêter sur l’affaire. M. Robert a pour sa part été réintégré dans ses fonctions quelques mois plus tard.

Le ministre a de nouveau créé un tollé en comparant des inspecteurs du ministère de l’Environnement à des « ayatollahs » lors du congrès de l’Union paysanne, quelques jours plus tard.