Une quarantaine de personnes ont participé en ligne à l’assemblée générale annuelle du CLD de Brome-Missisquoi.
Une quarantaine de personnes ont participé en ligne à l’assemblée générale annuelle du CLD de Brome-Missisquoi.

2019, une année heureuse pour le CLD de Brome-Missisquoi

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Le CLD de Brome-Missisquoi a dû réviser ses plans pour son assemblée générale annuelle, habituellement bonifiée de conférenciers. Mardi soir, c’est plutôt sur la plateforme de vidéoconférence Zoom qu’une quarantaine de personnes se sont réunies.

La rencontre s’est bien déroulée, les participants devenant de plus en plus habiles avec ce type de plateforme. «On est content malgré tout. On était vraiment déçu quand la pandémie est arrivée parce qu’on avait vraiment une super belle assemblée générale annuelle de prévue avec de bons conférenciers, confie en entrevue Robert Desmarais, directeur général du CLD et de la MRC Brome-Missisquoi. On était déçu d’avoir raté notre événement annuel, mais on était quand même content, dans les circonstances, qu’on puisse faire notre AGA avec Zoom.»

L’équipe du Centre local de développement était heureuse de présenter le rapport des activités de 2019, année où la stratégie d’attraction a été lancée.

Le CLD ne connaissait pas encore les statistiques sur les résultats de ces premiers mois de stratégie puisque le décompte devait se faire en début d’année. La crise de la COVID-19 a chamboulé les plans.

«Ce qu’on sait, par contre, c’est que ça a marché parce que notre portail emploi a bien fonctionné, souligne M. Desmarais. Il y a eu un bon roulement au niveau des emplois. On sait aussi que, quand on est allé aux Journées du Québec à Paris, on est allé chercher plus de 300 candidatures. Il y a beaucoup d’entreprises de la région qui en ont bénéficié. Au niveau de l’émigration, on travaille avec SERY et on a eu un bon bilan. Sur plusieurs fronts, la stratégie a bien fonctionné.»

Rien n’était toutefois réglé en matière de rareté de travailleurs, notamment puisque les entreprises continuaient de grandir et que de nouveaux entrepreneurs venaient s’installer dans la région.

«La situation de pénurie de main-d’œuvre continuait à empirer, rapporte le directeur général du CLD. C’était prévu, jusqu’à la fin février, que c’était encore notre gros dossier cette année sur lequel on travaillait avec les entreprises. Mais là, depuis fin février, tout a été chambardé et je pense que, d’ici à fin de l’année, on ne reparlera pas de pénurie de main-d’œuvre.»

Durant l’année, le CLD a permis aux entreprises de la région de consolider ou de créer 4500 emplois, soit 15 % de plus que 2018, grâce à du financement de projets, du mentorat et de la formation, par exemple. Plus de 1,1 M$ ont été autorisés en financement par les fonds locaux, comme le Fonds local d’investissement (FLI) et le Fonds local de solidarité (FLS), ce qui est plus du double de la moyenne des dix dernières années.

Des emplois saisonniers sont également devenus des emplois permanents.

«Le CLD a aidé 632 entreprises différentes et on a eu un taux de satisfaction de 98 % de la part de nos clients», conclut M. Desmarais.