Galadriel Castelli a annoncé l’horaire de la Fête de la rivière, une corvée de nettoyage qui se déroulera le 12 mai et où 200 personnes sont attendues.

200 citoyens attendus à la Fête de la rivière

De la rue, la présence de déchets sur les berges de la rivière Yamaska Nord n’est pas toujours évidente. Pourtant, lorsqu’on y porte un peu plus attention, les petits et gros rebuts deviennent rapidement visibles.

La Fête de la rivière, qui revient le 12 mai pour une 13e édition, vise à faire réaliser la situation aux citoyens de Granby, explique Galadriel Castelli, stagiaire à la vie communautaire pour Vie culturelle et communautaire de Granby, tout en améliorant l’environnement des berges.

« C’est une activité qui a lieu une fois par année, mais qui pourrait être faite à longueur d’année. Il y a des déchets, on ne les voit peut-être pas, mais ils sont là », indique-t-elle en entrevue.

Lors de la présentation de l’horaire de la Fête de la rivière, vendredi matin, plusieurs personnes touchées de près par la qualité de l’eau se sont prononcées sur l’importance de cette corvée annuelle lancée en 2005 par un groupe qui faisait partie de la démarche citoyenne Vision 2015, raconte le conseiller municipal Jean-Luc Nappert. La première Fête de la rivière avait réuni une poignée de citoyens alors qu’environ 200 personnes sont attendues le 12 mai au parc Daniel-Johnson.

Sa collègue Catherine Baudin, responsable de l’environnement au conseil municipal, sera présente, chaussée de bottes de caoutchouc et les manches relevées. « Dieu sait que chaque année on ramasse des tonnes de saloperies », dit-elle avec son franc parlé.

Le tri en temps réel
Nouveauté cette année, les groupes seront divisés en équipes de deux. Le premier bénévole aura un sac pour ramasser les déchets et le deuxième ne ramassera que les articles recyclables. Parallèlement à la formation des équipes, une liste précisant ce qui doit se retrouver au recyclage sera distribuée dès 9 h.

« C’est plus facile pour le triage, explique Mme Castelli. Les gens des travaux publics qui vont partir avec les déchets n’auront pas de triage à faire par après. En même temps, ça va sensibiliser les gens sur ce qui est recyclable et ce qui ne l’est pas. »

Auparavant, les rebus trouvés le long des berges étaient triés par les employés municipaux après la corvée.

Depuis 2012, environ 6000 kilos de déchets ont été récoltés sur les berges de la rivière Yamaska Nord. « C’est énorme ! , constate la jeune femme. Ça diminue d’année en année, ce qui est une bonne chose. »

Ensemencement
La corvée se déroule de 9 h 30 à 11 h 30 et sera suivie d’un dîner fourni aux bénévoles.

Sur place, le vélo musical de l’Écocentre, nouveau kiosque mobile de l’organisme pour conscientiser les citoyens, sera sur place. Le vélo, fait à partir d’objets recyclés, est disposé de telle sorte que les gens peuvent faire de la musique avec.

Des arbres seront aussi distribués gratuitement par le Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin, au parc Daniel-Johnson, jusqu’à 13 h.

À midi trente, l’Association des chasseurs et pêcheurs de l’Estrie invite la population à participer à une activité d’ensemencement de truite dans la rivière.

L’ACPE a ensemencé pour 12 000 $ de truites l’an dernier, souligne le président de l’organisme, Jean-Pierre Baril.

Il souhaite par ailleurs que l’adhésion augmente considérablement. Les frais pour adhérer à l’association permettent de continuer à financer l’ensemencement qui, dit-il, génère des retombées économiques à Granby puisque des pêcheurs de partout viennent y lancer leur ligne.

Sans l’ACPE, il n’y aurait plus de truites dans la rivière, prévient M. Baril.

La journée se conclut par l’activité Envirovélo. Bernard Valiquette, de la Fondation SÉTHY, offrira un tour guidé en vélo de deux heures pour faire découvrir les défis environnementaux de la rivière à travers son histoire. Les places sont limitées.