«Ç’a été mon plus gros défi de course!» dit le Waterlois Jean-Christophe Renaud, qui vient de terminer son défi «Cuba en Québec» dans les Cantons-de-l’Est.
«Ç’a été mon plus gros défi de course!» dit le Waterlois Jean-Christophe Renaud, qui vient de terminer son défi «Cuba en Québec» dans les Cantons-de-l’Est.

1500 km à pied, ça use... pas tant que ça

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
C’est un peu fatigué, mais à peine, que le Waterlois Jean-Christophe Renaud a terminé son défi de courir 1500 km cet été.

L’homme à la barre de la fondation Cours pour ta vie, dédiée à la promotion des saines habitudes, a pourtant clos son périple en effectuant un ultramarathon, le week-end dernier, soit 160 km en un peu plus de 25 heures.

«J’avais les jambes lourdes après, mais pendant une journée seulement», raconte l’enseignant d’éducation physique de 30 ans. «Là, je me sens bien. Mais ç’a été mon plus gros défi de course!»

Pratique

Connu pour avoir traversé le Canada d’est en ouest au bénéfice de sa fondation, en 2017, M. Renaud devait recommencer cet été en longeant la côte de Cuba, dans les Caraïbes.

Mais la pandémie a contrecarré ses plans et il s’est rabattu sur son coin de pays, les Cantons-de-l’Est. Moins exotique, mais plus pratique.

D’août à octobre, il a couru l’équivalent de 150 km par semaine dans des sentiers qui bordent sa municipalité, comme à Shefford, Lac-Brome et Stukely-Sud.

Son ultramarathon final a d’ailleurs constitué en une boucle de 80 km, répétée une fois et parcourant Stukely-Sud, Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Shefford et Granby, avec retour à Waterloo.

Une dizaine de personnes, dont des coureurs et des cyclistes, l’ont sporadiquement accompagné au long de ses deux mois et demi de jogging intensif.

Difficultés

Son défi «Cuba en Québec» lui a apporté des difficultés insoupçonnées. Puisqu’il revenait chez lui tous les soirs et les fins de semaine, contrairement à un périple à l’étranger, Jean-Christophe Renaud ne pouvait faire abstraction de son quotidien.

«Il fallait que je fasse mes tâches aussi, comme passer la tondeuse, et aussi voir ma famille, me reposer... C’était lourd. Et je n’avais pas l’impression de toujours avancer. Bref, c’était plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Je me sentais plus seul que lors de ma traversée du Canada! Ça a pris de la persévérance brute.»

Heureusement, ses accompagnateurs lui ont permis d’avoir «de belles discussions» en courant... (Oui, il est en forme!)

Avant de reprendre bientôt le collier d’enseignant, M. Renaud met la touche finale à son quatrième défi 24 heures Cours pour ta vie qui se tiendra à Waterloo les 23 et 24 octobre.

Les membres de dix équipes se relayeront pour courir en boucle autour du lac Waterloo avec, à la clé, des prix pour l’équipe ayant amassé le plus d’argent pour la fondation ainsi que la plus enthousiaste.