Jeudi soir se tenait un 5 à 7 réseautage au Centre d’art de Dunham, en compagnie d’élus, de maires et de conseillers des villes de la MRC de Brome-Missisquoi afin d’encourager les jeunes professionnels à venir s’installer dans la région.

« Virée agro »: révéler les charmes de Brome-Missisquoi

Du 17 au 19 octobre, Place aux jeunes, en collaboration avec Arterre et la Stratégie d’attraction « FaisLeMove », offre un séjour exploratoire « Virée agro » afin de faire connaître l’industrie agroalimentaire de Brome-Missisquoi, et par le fait même, promouvoir les caractéristiques de la région.

« Le conseil de la MRC a adopté une stratégie pour que la région puisse accueillir davantage de jeunes familles et de travailleurs. On fait face, comme beaucoup d’autres régions au Québec, à une pénurie de main-d’œuvre importante », indique le directeur général de la MRC et du CLD de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais.

Ainsi, afin de vendre les charmes de la région aux jeunes professionnels de 16 à 35 ans qui ont un intérêt pour le secteur agroalimentaire, Place aux jeunes propose un séjour « Virée agro », avec, au programme, des visites d’entreprises en lien avec le domaine agroalimentaire, des rencontres avec des acteurs du milieu ainsi qu’avec des jeunes s’étant établis dans Brome-Missisquoi dans le passé.

« L’objectif final, c’est qu’ils aillent une petite séduction », commente Élise Cardinal, coordonnatrice d’Arterre.

Réseautage et intégration

Jeudi soir se tenait par ailleurs un 5 à 7 réseautage au Centre d’art de Dunham, en compagnie d’élus, de maires et de conseillers des villes de la MRC de Brome-Missisquoi, afin de « donner du soutien aux jeunes et de faciliter leur intégration pour qu’ils se sentent chez eux », souligne l’agente de migration de Place aux jeunes Brome-Missisquoi, Julie Bérubé.

Les maires de Dunham et de Farnham ont entre autres présenté les opportunités présentes dans leur ville et encouragé les jeunes familles ou travailleurs à venir s’y installer.

« C’est une occasion, en tant que maire, de comprendre ce qui s’ouvre à eux, ce qu’ils cherchent », explique Patrick Melchior, maire de Farnham.

« Notre rôle est de les aiguiller, ajoute le maire de Dunham, Pierre Janecek. C’est important d’avoir des jeunes dans la région. »

La diversité et les montagnes

Lorsqu’on demande aux élus les particularités de la région qui pourraient attirer des gens de Montréal, ils ne manquent pas d’exemples.

« Le merveilleux de la chose, c’est que les gens peuvent être en campagne, avoir une terre, mais aussi avoir accès à des services de proximité », mentionne M. Melchior.

« On est une région où il y a des emplois et des activités intéressantes. On a beaucoup de choses à offrir pour les gens qui cherchent une région plus naturelle, plus calme, estime pour sa part Robert Desmarais. On veut vendre ce côté rassurant. Ici, vous êtes près de Montréal, mais vous êtes dans une région complètement différente de l’effervescence et du bruit de la grande ville. »

Depuis 20 ans, ce sont des centaines de professionnels qui ont emménagé dans la région et qui y ont fondé une famille.

Une idée qui interpelle une jeune mère de famille montréalaise, Marjolaine Lanoie, qui participe à cette « Virée agro » et qui se pose la question depuis 8 ans, à savoir : « Et si c’était mieux d’habiter en région ? »

« On s’est rendu compte que Brome-Missisquoi, c’était très complet dans ce qu’on recherchait, c’est-à-dire un milieu de vie actif, de petites municipalités où ça bouge parce qu’il y a du tourisme. Aussi, on aime qu’il y ait un peu de culture, de gastronomie et aussi les montagnes… les montagnes ! », s’exclame-t-elle.

Il s’agit également pour elle d’avoir la possibilité de se réinventer, de pouvoir vivre autre chose et de s’impliquer concrètement dans la communauté, « dans un milieu de vie plus sain. »

Pour sa part, Vincent Proulx, qui a lancé une ferme maraîchère à Sherbrooke il y a 4 ans, a voulu venir voir ce qui se passe dans la région.

« Je n’ai pas trouvé qu’il y avait beaucoup de soutien entre entrepreneurs agricoles à Sherbrooke. Dans la région de Brome-Missisquoi, d’abord c’est vraiment beau, c’est attirant à l’œil, mais il y a beaucoup d’entrepreneurs dans le même domaine que moi, et beaucoup d’action au niveau de la MRC. »

Place aux jeunes est chapeauté, dans Brome-Missisquoi, par le Carrefour Jeunesse Emploi des Cantons-de-l’Est depuis 19 ans. Selon l’organisme, plus de 12 professionnels migrent chaque année dans Brome-Missisquoi et une vingtaine de jeunes bénéficient annuellement des séjours exploratoires.