Gestion des déchets: Bromont serre la vis

Actualités

Gestion des déchets: Bromont serre la vis

Bromont adopte des mesures coercitives pour contrer l’abandon récurrent de déchets près des conteneurs semi-enfouis sur la rue des Deux-Montagnes et du bac de verre.

Matelas, débris de construction, sacs d’ordures ménagères... Les alentours des bacs semi-enfouis sur la rue des Deux-Montagnes ont souvent des allures de «dépotoir», déplore le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Une deuxième vie pour les oriflammes des finissants

Actualités

Une deuxième vie pour les oriflammes des finissants

Les oriflammes à l’effigie des finissants des cinq écoles secondaires de Granby ne flottent plus sur la rue Principale depuis le 22 juillet. Mais ils auront droit à une deuxième vie grâce à une collaboration entre le JAG et l’Atelier 19.

«Il n’était pas question de les jeter à la poubelle ou de les faire pourrir dans un entrepôt», fait valoir Éric Goudreau, coordonnateur jeunesse pour Vie culturelle et communautaire de Granby, catégorique.

MRC de Rouville: objectif atteint pour <em>J’emballe local!</em>

Actualités

MRC de Rouville: objectif atteint pour J’emballe local!

Il aura fallu six jours, plutôt qu’un mois, pour que la campagne de financement participatif J’emballe local!, organisé conjointement par la MRC de Rouville et la Chambre de commerce au Coeur de la Montérégie atteigne son objectif de vendre pour 25 000$ en cartes-cadeaux chez les commerçants de son territoire.

Lancée en matinée le 31 juillet dernier, la campagne J’emballe local! se donnait jusqu’au 31 août prochain pour amasser la somme sous forme de cartes-cadeaux échangeables dans 94 entreprises rouvilloises. Les 2500 premières cartes, d’une valeur de 20$, ont été bonifiées à 30$ par la MRC de Rouville.

Une piétonne happée à Valcourt

Actualités

Une piétonne happée à Valcourt

Une piétonne a été gravement blessée lorsqu’elle a été renversée par un véhicule, jeudi matin, à Valcourt.

L’accident s’est produit peu avant 7h sur l’avenue du Parc. La quadragénaire n’aurait pas traversé la rue à l’intersection. Au même moment, un véhicule passait dans le secteur et n’a pu éviter la collision. 

La dame a été traitée par les paramédics. Gravement blessée, elle est demeurée consciente durant l’intervention des secouristes qui l’ont ensuite transportée à l’hôpital. 

L’enquête menée par la Sûreté du Québec démontre que le conducteur aurait été ébloui par le soleil, ce qui l’aurait empêché de voir la piétonne au milieu de la chaussée. 

Terribles explosions à Beyrouth: «La situation fait mal au coeur» [VIDÉO]

Actualités

Terribles explosions à Beyrouth: «La situation fait mal au coeur» [VIDÉO]

Les explosions survenues à Beyrouth, mardi, qui ont fait au moins 130 morts et 4000 blessés, ont eu des échos jusqu’à Granby. Pour Mona, la propriétaire du restaurant Basha, qui se trouvait à Beyrouth il y a trois jours à peine pour des funérailles, «la situation fait mal au coeur».

«C’est un pincement au coeur. Parce que je ne peux pas être là pour les aider. J’ai mal pour les morts, les blessés, les familles aujourd’hui sans-abris», dit celle qui a manqué de peu l’événement dévastateur.

Prête-nom du «roi des pharmacies»: des sanctions pour une pharmacienne de Valcourt

Actualités

Prête-nom du «roi des pharmacies»: des sanctions pour une pharmacienne de Valcourt

Une pharmacienne de Valcourt vient d’être sévèrement réprimandée par son ordre professionnel pour avoir manqué à ses obligations professionnelles et tiré indûment avantage de sa position en ayant agi à titre de prête-nom. En conséquence, le comité de discipline de l’Ordre des pharmaciens du Québec a condamné Julie Binette à 22 000$ en amendes, somme qu’elle devra rembourser d’ici un an.

Mme Binette a contrevenu au code d’honneur de sa profession en prétendant faussement être l’unique propriétaire de sa pharmacie de la rue St-Joseph alors qu’elle avait conclu une convention de prête-nom avec Jonathan-Yan Perreault, un ancien pharmacien ayant été radié pour 32 ans après avoir plaidé coupable à une soixantaine de chefs d’accusation.

M. Perreault avait obtenu son permis de pratique de manière frauduleuse, c’est-à-dire en falsifiant son rapport de stage. Il lui était également reproché d’avoir forgé la signature d’un médecin pour obtenir des prescriptions à des fins personnelles et pour des proches, d’avoir vendu des médicaments périmés, d’avoir effectué des réclamations illégales auprès de la Régie de l’assurance-maladie du Québec et profité de ristournes de la part de certaines entreprises pharmaceutiques.

Celui qui a été surnommé le «roi des pharmacies» était parvenu, grâce à la complicité du distributeur de médicaments McKesson et de la haute direction de la bannière Uniprix, à acquérir une quarantaine de pharmacies sur une période de sept ans, souvent en s’associant frauduleusement à des gens qui signaient ensuite des conventions de prête-nom.

C’est ce qui s’est produit avec Julie Binette qui, nouvellement membre de l’Ordre des pharmaciens en juillet 2012, s’est fait approcher par Uniprix pour l’aider à acquérir sa pharmacie en versant la mise de fonds initiale. La pharmacienne récemment diplômée avait toutefois besoin d’un autre investisseur pour concrétiser ce projet qu’elle caressait.

Haro sur le site du pavillon du parc des Sommets

Actualités

Haro sur le site du pavillon du parc des Sommets

Le dossier du pavillon d’accueil du parc des Sommets fait des remous à Bromont. Alors que les travaux d’infrastructures pour le chemin d’accès et le stationnement sont en branle près du chemin des Carrières, un groupe de citoyens remet en question le site retenu et demande à la municipalité d’envisager un autre emplacement à quelques centaines de mètres.

L’ex-président de Protégeons Bromont, Bertrand Lussier, est catégorique: le site du pavillon est «loin d’être optimal».

Une portion de route s’affaisse à Saint-Paul-d’Abbotsford

Actualités

Une portion de route s’affaisse à Saint-Paul-d’Abbotsford

Les fortes pluies qui se sont abattues sur la région au cours des deux derniers jours, relents de la tempête tropicale Isaias, ont provoqué un affaissement partiel de la chaussée du rang de la Montagne, à Saint-Paul-d’Abbotsford, mercredi matin.

«En raison des fortes pluies d’hier [mardi], un cours d’eau du mont Yamaska est sorti de son lit et a endommagé quelques terrains privés ainsi qu’une partie de la chaussée sur le rang de la Montagne», a indiqué le directeur général de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier.

Des ponceaux ont également débordé en raison de la quantité importante d’eau qui s’y est accumulée.

Des employés municipaux se sont rendus sur place en avant-midi, mercredi, pour inspecter les lieux et effectuer quelques travaux.

Fermeture du rang de la Montagne

Le rang de la Montagne, au niveau de l’adresse civique 945, a été complètement fermé à la circulation une partie de la journée, avant que la route soit finalement rouverte mercredi soir vers 16h.

Mener l’enquête «Walter Loup»... à Waterloo

Actualités

Mener l’enquête «Walter Loup»... à Waterloo

Cet été, le Sentier des libellules de Waterloo n’est pas qu’un endroit où marcher. Les familles avec de jeunes enfants peuvent aussi y mener l’enquête «Walter Loup que fais-tu?»

Jusqu’à la fin de l’été, cette activité gratuite pourra occuper les tout-petits et leurs proches chaque jour de beau temps, entre 10h et 20h.

Alcool et drogue au volant: les policiers seront aux aguets en août

Actualités

Alcool et drogue au volant: les policiers seront aux aguets en août

Le beau temps, combiné avec le déconfinement, peut inciter les citoyens à vouloir festoyer davantage. Les policiers de Granby porteront donc une attention particulière à la conduite avec les capacités affaiblies par la drogue ou l’alcool durant tout le mois d’août.

«Les gens sont invités à la prudence. On a été confinés pendant des mois, on est enclin à sortir plus, à se rassembler. Et on pourrait augmenter notre consommation d’alcool. On sent que les gens ont le goût de fêter», illustre Caroline Garand, porte-parole du Service de police de Granby.

Les ratons de la région vaccinés cette semaine

Actualités

Les ratons de la région vaccinés cette semaine

Ce vendredi et samedi, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) procédera à l’épandage d’appâts vaccinaux dans la région, le tout afin de lutter contre la rage du raton laveur, une maladie qui touche non seulement ce petit mammifère, mais aussi les mouffettes et les renards roux.

Environ 32 municipalités feront l’objet de cet épandage aérien, pour une superficie totale d’environ 1400 m2. Plus précisément dans la région, cette opération se déroulera notamment à Bedford, Dunham, Frelighsburg, Pike River, Saint-Armand, Stanbridge East, Stanbridge Station de même que dans certaines zones de la MRC de Brome-Missisquoi.

La zone de surveillance globale couvre un total de 143 municipalités et se situe à cheval sur l’Estrie et la Montérégie. Elle représente le territoire le plus propice aux nouvelles infections de la rage du raton laveur en raison de sa proximité avec les États-Unis, où de nouveaux cas sont détectés chaque année, notamment dans les États limitrophes du Vermont et de New York.

Aucun cas de rage du raton, une maladie incurable et mortelle pouvant être transmise à l’humain, n’a été recensé dans la province depuis cinq ans. Néanmoins, pour prévenir la réintroduction au Québec de cette maladie, la collaboration des résidents de ce secteur est jugée essentielle par le Ministère. Les citoyens sont invités à communiquer avec lui aussitôt qu’un animal suspecté d’être porteur de la maladie est observé.

Des appâts

Quelque 175 000 appâts médicinaux visant à immuniser les bêtes contre la maladie seront relâchés dans les habitats forestiers, et ce, par des avions circulant à basse altitude. 

Ces petits appâts ressemblent à des «sachets de ketchup verdâtre ou à un ravioli vert kaki» et dégagent une odeur sucrée irrésistible pour les espèces visées, indique le MFFP. 

Bien que leur enveloppe soit conçue pour résister aux aléas de la météo, ces médicaments sont difficilement repérables par l’humain une fois introduits dans l’environnement.

Le vaccin contenu dans les appâts est jugé sécuritaire, tant pour les humains que pour les animaux domestiques, précise le Ministère, mais s’ils sont imprégnés de l’odeur humaine, ils pourraient perdre de leur attractivité envers les espèces auxquelles ils sont destinés, c’est pourquoi il est préférable de ne pas manipuler les appâts s’ils sont retrouvés intacts dans la nature.

Si à tout hasard, un appât médicinal intact atterrissait dans un lieu passant, dans un champ de récolte ou dans l’environnement d’animaux d’élevage, le Ministère recommande de porter des gants et de jeter l’appât dans un contenant étanche. 

En revanche, si un appât est retrouvé perforé ou brisé, il est recommandé d’utiliser des outils pour en disposer sans contact avec le liquide vaccinal.

Tout aliment ayant été en contact avec l’appât devra aussi être nettoyé. En cas d’ingestion par une personne ou un animal, il faut en informer le Centre canadien des produits biologiques vétérinaires et les autorités du programme provincial de vaccination des animaux sauvages contre la rage du raton laveur du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs au 1 877 346-6763.

Depuis 2006, Québec mène des opérations de contrôle, que ce soit par la vaccination ciblée ou à plus large échelle, l’échantillonnage avec la capture de spécimens pour analyse de même que par la réalisation d’études post-vaccinales où des animaux sont capturés pour effectuer des prélèvements et des analyses permettant de déterminer le taux approximatif de vaccination des bêtes sauvages.

Une telle étude n’aura toutefois pas lieu en 2020 étant donné que l’efficacité des opérations de vaccination a été déterminée au cours des années précédentes, indique le Ministère.

Dans tous les cas, les animaux capturés sont relâchés dans la nature aussitôt les analyses terminées.

Des vins de Dunham décorés

Actualités

Des vins de Dunham décorés

Les offrandes de deux vignobles de Dunham ont été récompensées à la toute dernière mouture du concours international Finger Lakes International Wine and Spirits Competition.

Le Vignoble de l’Orpailleur a remporté la seule médaille double Or dans la catégorie «White Hybrid blends» pour son vin blanc, millésime 2019.

«Tout premier vin de l’Orpailleur – ce sont 38 années de développement, persévérance et surtout passion qui se retrouvent dans cette cuvée 2019», s’est félicitée l’entreprise, qui a aussi mis la main sur la seule double médaille d’or pour son Chardonnay 2018 Cuvée signature, se distinguant des quelque 70 chardonnay de par le monde en compétition.

Ce millésime a aussi été nommé meilleur vin dans la catégorie «Chardonnay en fût de chêne».

Leurre d’enfant: ses fautes d’orthographe le trahissent

Actualités

Leurre d’enfant: ses fautes d’orthographe le trahissent

Il aura beau avoir plaidé que son compte Facebook avait été piraté, un jeune homme originaire de Roxton Falls n’a pas réussi à convaincre le juge Bertrand St-Arnaud qu’il n’était pas l’auteur de messages à caractère sexuel destinés à des adolescentes. La répétition des mêmes fautes d’orthographe et l’usage du même vocabulaire ont plutôt contribué à incriminer Dave Pearson, lui valant un verdict de culpabilité sur six des neuf chefs d’accusations qui pesaient contre lui dans cette affaire de leurre d’enfant.

Si les audiences ont eu lieu l’an dernier, ce n’est que cet été que Dave Pearson a été trouvé coupable d’avoir tenu des échanges de nature sexuelle avec des personnes qu’il croyait mineures, dont deux policières sous couverture, entre septembre 2016 et janvier 2017.

Tragédie de la fillette de Granby: fin de l’audience pour une requête de la défense

Actualités

Tragédie de la fillette de Granby: fin de l’audience pour une requête de la défense

Les avocats des deux parties dans le dossier de la fillette de Granby, morte tragiquement en 2019, ont mis fin mardi à deux jours de plaidoiries. L’audience concerne une requête de la défense, dont on ne peut dévoiler la teneur en raison d’une ordonnance de la cour, qui aura une grande incidence sur les procès des deux accusés, soit le père et la belle-mère de la jeune victime.

Au terme de deux jours de joute oratoire au palais de justice de Granby, le juge de la Cour supérieure Charles Ouellet devra trancher la nouvelle requête. Étant donné le strict interdit de publication, il est impossible de divulguer les propos tenus devant le tribunal.

Le paysan rebelle Christian Barthomeuf se raconte

Actualités

Le paysan rebelle Christian Barthomeuf se raconte

Le pionnier de la vigne dans Brome-Missisquoi, créateur du cidre de glace et défenseur de l’agriculture biologique, Christian Barthomeuf ajoute une corde à son arc. Il signe Autoportrait d’un paysan rebelle, lancé ce mercredi aux Éditions du passage.

L’ouvrage a été réalisé avec la collaboration de la nutritionniste Julie Aubé et de la photographe Virginie Gosselin. L’écologiste Laure Waridel ainsi que les sommeliers Jacques Orhon et Véronique Rivest ont chacun rédigé une préface.

Farnham réduit la limite de vitesse à 40 km/h dans ses quartiers résidentiels

Actualités

Farnham réduit la limite de vitesse à 40 km/h dans ses quartiers résidentiels

Les automobilistes qui roulent dans les quartiers résidentiels de Farnham devront lever le pied. Les élus ont déposé un projet de règlement dans le but de réduire la limite de vitesse à 40 km/h dans plus de 150 rues ou tronçons de la municipalité.

«On avait beaucoup de demandes en périmètre urbain à propos de la sécurité routière», a expliqué le maire de Farnham, Patrick Melchior, lors de l’assemblée du conseil municipal.

La police de Granby à la recherche d’un fraudeur

Actualités

La police de Granby à la recherche d’un fraudeur

Le Service de police de Granby demande la collaboration de la population afin de retrouver un homme à l’origine d’une fraude survenue le 20 juillet dernier, à Granby.

Les événements se sont déroulés dans la bretelle de l’autoroute 10 en direction de Montréal, par la route Jean-Lapierre. Une voiture Mercedes C300 se serait immobilisée en bordure de la route et les deux passagers auraient fait des signes pour demander de l’aide.

Un camion rempli de taies d'oreiller prend feu sur l'autoroute 10

Actualités

Un camion rempli de taies d'oreiller prend feu sur l'autoroute 10

Un incendie qui s'est déclaré dans un camion semi-remorque rempli de taies d'oreiller a provoqué un ralentissement de la circulation sur l’autoroute 10 mardi soir dans le secteur de Sainte-Angèle-de-Monnoir.

Le camion a été forcé de s'arrêter sur l'autoroute lorsque des flammes ont pris naissance au niveau des freins.

L’incendie a rapidement été maîtrisé par les pompiers déployés sur place. Heureusement, le conducteur n'a pas été blessé.

Une des deux voies en direction de Sherbrooke a été fermée momentanément, le temps de nettoyer la scène et vider le contenu du camion, ce qui a provoqué une importante entrave dans ce secteur en début de soirée.

Des jardins intelligents à créer à Waterloo

Actualités

Des jardins intelligents à créer à Waterloo

La Ville de Waterloo donne un coup de barre de plus pour assainir son lac. Les citoyens sont maintenant invités à créer, chez eux, des jardins intelligents pour gérer les eaux de ruissellement. Pour y arriver, de l’aide financière et technique leur sera offerte.

Les Waterlois qui se lanceront dans cette aventure profiteront en effet d’une subvention couvrant 50% de leurs frais d’aménagement, jusqu’à concurrence de 750 $. Des conseils et l’accompagnement gratuit d’un technicien en environnement sont aussi fournis aux participants.

Ce n’est pas la première fois que le concept des jardins de pluie — ou jardins intelligents — est abordé à Waterloo. Il en avait notamment été question en février 2019 au cours d’une soirée d’information à laquelle avaient pris part plusieurs résidants et promoteurs immobiliers.

On sait que de tels aménagements représentent une solution efficace pour éviter que l’eau de pluie et la fonte des neiges se déversent directement dans le plan d’eau, entraînant avec elles de l’azote, du phosphore et des polluants. Ces matières sont responsables de la prolifération des algues bleues, entre autres.

En créant ces plates-bandes écologiques, peu dispendieuses et esthétiques, à partir de plantes vivaces et indigènes, on s’assure de filtrer une bonne partie des eaux de ruissellement. Cela permet également de recharger la nappe phréatique et d’inventer de nouveaux milieux pour la faune et la flore.

Le projet des jardins de pluie est une initiative conjointe des Amis du bassin versant du lac Waterloo (ABVLW) et la Ville de Waterloo. Un octroi de 60 000 $ de la MRC de la Haute-Yamaska a permis sa mise en oeuvre.

«Nous estimons que c’est une excellente façon de réduire l’apport des sédiments dans le lac», estime le maire Jean-Marie Lachapelle. La présence de tels jardins permet du même coup de réduire les investissements municipaux liés à l’installation d’égouts pluviaux.

Soucieuse de donner l’exemple, la municipalité aménagera elle-même un jardin intelligent au parc des Générations, où on observe des problèmes de ruissellement des eaux de surface. Prévus plus tôt cette année, les travaux devraient s’amorcer cet automne.

Un premier jardin

Marilou Asselin possède déjà, avec son conjoint Étienne, une maison solaire passive qu’ils ont bâtie dans la rue Southern. Leur fibre écologique s’est transposée tout naturellement à l’extérieur de leur résidence. Verte jusqu’au bout des doigts, Mme Asselin souhaitait aménager chez elle un jardin intelligent pour mieux absorber l’eau et réduire la pression des polluants sur le lac Waterloo, situé à proximité.

Elle est maintenant la première Waterloise à avoir un tel aménagement sur son terrain. Pour elle, il s’agit non seulement de la continuité logique à son projet de maison Leed, mais aussi le début de sa prochaine forêt nourricière. Elle y a d’ailleurs planté plusieurs plantes comestibles. Aidée de quelques paires de bras et d’un peu de machinerie, Marilou Asselin a mis une journée à réaliser les travaux.  

Comme tous les citoyens qui décideront d’aller de l’avant, elle peut compter sur un permis gratuit de la Ville, qui fournit aussi du terreau et du paillis aux participants. 

Pour les assister techniquement dans ce projet de réseau de jardins intelligents — on espère qu’une dizaine de jardins de ce type verront le jour cette année et autant l’an prochain —, les ABVLW et la Ville peuvent compter sur l’OBV Yamaska.  

Pour en savoir davantage sur le programme, on consulte le www.jardinsintelligents.org

Dame Nature comble les vignerons avec du temps chaud et sec

Actualités

Dame Nature comble les vignerons avec du temps chaud et sec

Le temps chaud et sec de la première moitié de l’été aura peut-être donné des maux de tête aux producteurs de petits fruits, il aura toutefois fait le bonheur des vignerons. Plusieurs s’attendent à ce que 2020 marque un millésime prometteur, voire exceptionnel, si la tendance se maintient.

«La vigne doit souffrir pour faire du bon vin, indique Louis Dugas, directeur ventes et marketings au Coteau Rougemont. C’est une plante capable de supporter la sécheresse.»

Parti au Mexique durant la pandémie, Éric Duchesneau est de retour à Granby

Actualités

Parti au Mexique durant la pandémie, Éric Duchesneau est de retour à Granby

Au Mexique depuis la fin mars, le conseiller municipal, Éric Duchesneau, est de retour à Granby. Pour la première fois depuis plus de quatre mois, il assistera, fin août, à la prochaine séance du conseil municipal en personne, plutôt que de façon virtuelle.

Le représentant du district huit est revenu à Granby samedi. Il demeurera confiné chez lui pour les deux prochaines semaines, a-t-il confirmé lundi à La Voix de l’Est.

Traverse de L’Estriade sur la 112 : le MTQ «fait le maximum»

Actualités

Traverse de L’Estriade sur la 112 : le MTQ «fait le maximum»

Le changement de signalisation à l’intersection de la piste cyclable l’Estriade et de la route 112 ne fait pas l’unanimité chez les usagers, comme le rapportait La Voix de l’Est ce week-end. Le ministère des Transports (MTQ) a d’ailleurs dû redoubler d’efforts pour les informer et les sensibiliser aux changements adoptés.

Depuis le 20 juillet, la limite de vitesse a été abaissée à 50 km/h pour les automobilistes et les cyclistes doivent obligatoirement descendre de leur vélo pour avoir la priorité de traverser la route provinciale. Le MTQ a revu sa stratégie pour inciter les usagers à se conformer à la nouvelle signalisation avec ses partenaires sur le terrain, le Service de police de la Ville de Granby et les patrouilleurs de l’organisme CARTHY, qui s’occupe de la piste cyclable, rapporte la porte-parole du MTQ, Nomba Danielle.

Deux excès de vitesse coûteux à Sainte-Sabine

Actualités

Deux excès de vitesse coûteux à Sainte-Sabine

Le rang Kempt, à Sainte-Sabine, semble avoir été le théâtre d’une course à grande vitesse samedi vers 17h15. Les policiers de la MRC de Brome-Missisquoi sont en effet intervenus auprès de deux automobilistes pour des excès de vitesse, et ce, presque au même moment.

Une conductrice de 28 ans a été captée à 129 km/h dans une zone de 80. Tout de suite après, un jeune homme de 20 ans, qui semblait suivre le premier véhicule, a été capté à 145 km/h.

Le filet social des enfants entre les mains de 250 intervenants

Primeur

Le filet social des enfants entre les mains de 250 intervenants

Sherbrooke – C’est dans l’objectif de tisser un bien meilleur filet social pour les enfants que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a tenu au début de l’été une vaste consultation avec 250 intervenants issus de différents milieux – des responsables de CPE et des intervenants scolaires, des policiers, des gens provenant du milieu communautaire, de la santé et des services sociaux ou encore des maisons de jeunes.

La protection des enfants n’est plus seulement l’affaire de la direction de la protection de la jeunesse (DPJ). L’objectif de la vaste consultation était donc clair : le plan pour la protection des enfants et de leurs familles doit devenir l’affaire de tous grâce à une solide concertation régionale.

« On veut que le plan d’action pour les jeunes et leurs familles soit le plan de l’Estrie, pas seulement le plan du CIUSSS de l’Estrie-CHUS », soutient Robin-Marie Coleman, présidente-directrice générale adjointe (PDGA) au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. 

« En pleine pandémie, nous avons invité nos partenaires à participer à des ateliers virtuels de deux heures par semaines durant trois semaines pour échanger sur différentes thématiques. Nous voulions connaître les avis de tout le monde, réfléchir ensemble à trouver des solutions », explique Mme Coleman.

À LIRE AUSSI :

La DPJ de l'Estrie presque à jour dans ses listes d'attente

Commission Laurent : le CIUSSS a fait ses devoirs

 «Le devoir de devenir le protecteur d'un enfant»

40% des enfants de milieux défavorisés sont retournés sur les bancs d'école de la CSRS

L’expérience a été fort concluante. « C’est une mine d’or d’information qui est ressortie de cette consultation », indique la PDGA du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Une mise à jour du plan d’action que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a présenté lors de son passage à la Commission Laurent, en février dernier, sera présentée aux partenaires d’ici le début septembre avant d’être rendue publique peu après.

Certaines idées ont déjà émergé de façon convaincante, même si, en ce moment, la compilation des échanges est toujours en cours.

« Par exemple, une problématique a été soulevée à plusieurs reprises. Quand un intervenant se retrouve face à un jeune et à sa famille qui a un problème quelconque, l’intervenant ne connait pas l’ensemble du panier de services disponibles. Ce serait donc aidant si on créait un carnet de services par réseau local de services (RLS), qui serait disponible à tous les intervenants », explique Mme Coleman.

Le rôle-clé des travailleurs de proximité a aussi été soulevé à plusieurs occasions, eux qui font le pont entre les familles et les services de santé.

Ce travail en collaboration de tous les intervenants permettra de rendre le filet social des enfants plus souple et plus efficace, et, en fin de compte, de diminuer l’utilisation des services de la direction de la protection de la jeunesse.

Un projet pilote pour accompagner virtuellement les chercheurs d’emploi

Actualités

Un projet pilote pour accompagner virtuellement les chercheurs d’emploi

De concert avec le Club de recherche d’emploi Vallée des Forts de Saint-Jean-sur-Richelieu, le Centre de formation et d’aide à la recherche d’emploi (CFARE) de Marieville a été retenu pour faire partie d’un projet pilote provincial articulé autour d’une nouvelle plateforme d’accompagnement virtuel destiné aux chercheurs d’emploi de Rouville et du Haut-Richelieu.

Les deux organismes d’aide à l’employabilité ont reçu une aide financière de 160 912$ de la part du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale dans le cadre de la mesure Recherche et innovation pour mettre sur pied Stratégies de recherche d’emploi 2.0.

Tragédie de la fillette de Granby: une nouvelle requête dans le dossier

Actualités

Tragédie de la fillette de Granby: une nouvelle requête dans le dossier

Le dossier de la fillette de Granby décédée dans de tragiques circonstances en 2019 était de retour devant le tribunal, lundi. Or, étant donné de strictes ordonnances de la cour, il est impossible de dévoiler les propos tenus lors des plaidoiries des deux parties ainsi que la teneur de la requête.

Les plaidoiries se sont déroulées durant une bonne partie de la journée, lundi et se poursuivront mardi. Peu de gens se sont présentés pour assister à la première des deux séances prévues pour cette partie du dossier aux nombreuses ramifications.

La DPJ de l’Estrie presque à jour dans ses listes d’attente

Primeur

La DPJ de l’Estrie presque à jour dans ses listes d’attente

Sherbrooke – La direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie est pratiquement venue à bout de ses longues listes d’attente. 

Rappelons qu’une petite fille de Granby bien connue de la DPJ est décédée dans des circonstances tragiques en avril 2019. Ce drame a mis en lumières les problèmes à la DPJ de l’Estrie — dont les longues listes d’attente dans ses trois créneaux d’intervention, soit la réception et le traitement des signalements, l’évaluation et l’orientation ainsi que l’application des mesures.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune attente à la réception et au traitement des signalements à la DPJ de l’Estrie — 65 dossiers sont en cours de traitement. Au 30 avril 2019, il y avait 774 dossiers à la réception et au traitement des signalements en attente à la DPJ de l’Estrie. Pire encore, après le drame de Granby, la DPJ de l’Estrie avait dû faire face à un très grand nombre d’appels. Au pic, le 15 mai 2019, il y avait 896 dossiers en attente de traitement à la DPJ. 

Pour ce qui est de l’évaluation et l’orientation, il y a aujourd’hui 166 dossiers en attente — il y en avait 409 en avril 2019.

Quant à l’application des mesures, le nombre de cas en attente est passé de 69 en avril 2019 à 17 cas à la fin juillet 2020.

Bien entendu, la pandémie de COVID-19 a entrainé la fermeture des écoles et des milieux de garde à la fin de l’hiver. La DPJ s’est retrouvée soudainement sans enseignants ni éducateurs pour garder un œil sur les enfants plus vulnérables. Pendant quelques mois, les enfants sont en quelque sorte devenus invisibles au Québec, bien cachés derrière les portes closes de leurs logis.

« Depuis le 1er avril, nous avons reçu 287 signalements de moins et retenu 66 signalements de moins qu’à pareille date l’année dernière. Durant cette période, nous avons pu compter sur une collaboration exceptionnelle de la part des commissions scolaires et des policiers afin de maintenir une vigilance accrue auprès des enfants vulnérables », mentionne Robin-Marie Coleman, présidente-directrice générale adjointe (PDGA) du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

À LIRE AUSSI :

 Commision Laurent : le CIUSSS a fait ses devoirs

«Le devoir de devenir le protecteur d'un enfant»

40% des enfants de milieux défavorisés sont retournés sur les bancs d'école de la CSRS

Collecte de déchets: les alentours du lac Boivin plus propres

Actualités

Collecte de déchets: les alentours du lac Boivin plus propres

La première collecte de déchets initiée par les jeunes membres fondateurs de l’organisme Initiatives vertes pour l’avenir, aux alentours du lac Boivin à Granby, a été concluante. Au-delà des 85 livres de déchets (mégots de cigarettes, capsules de canettes et autres emballages de nourriture de restauration rapide) ont été ramassées dimanche soir, et l’enthousiasme de cette initiative citoyenne s’est même répandu au-delà de la trentaine de participants.

«Les gens étaient à l’heure, ils étaient prêts et motivés, témoigne Félix Veillette, 20 ans et coorganisateur de l’événement. Pour une première, je considère que c’est un franc succès, surtout du fait que les gens ont aimé l’expérience.»

Un chèque de 5000 $ offert à la Fondation Les Foyers de Farnham

Actualités

Un chèque de 5000 $ offert à la Fondation Les Foyers de Farnham

La grande vente organisée par l’entreprise Meubles & Davantage a permis de remettre un chèque de 5000 $ à la Fondation Les Foyers de Farnham.

L’entreprise farnhamienne a accueilli les clients le week-end dernier pour liquider toute sorte de marchandise au profit de l’organisme. «Ça a super bien été, affirme Jean-François Riel, copropriétaire de l’entreprise. On a eu une belle participation.»