Actualités

Nouvelle image pour le Zoo de Granby

Le Zoo de Granby poursuit sa lancée. En plus d’avoir enregistré en 2018 la deuxième meilleure affluence de son histoire, il affichera désormais une nouvelle image qui marque le début d’une « nouvelle ère ».

« En même temps qu’on dévoile de beaux chiffres, on dévoile une nouvelle image. Avec les investissements de 51 millions $ dans le plan directeur, la nouvelle image va donner le ton. On peut dire que c’est une nouvelle ère : une ère de succès et de réalisations en lien avec la mission de conservation et de préservation de la faune animalière », a affirmé le directeur général, Paul Gosselin, aux médias quelques heures avant l’assemblée générale annuelle.

Actualités

Le spectacle multimédia au centre Notre-Dame reporté en 2020

Ce n’est finalement pas avant 2020 que la nef restaurée du centre Notre-Dame à Granby accueillera le spectacle multimédia, réalisé par le Granbyen Jessy Brown.

« Pour réaliser une production de qualité et à la hauteur des attentes de la population, la Ville de Granby a accordé un délai supplémentaire au promoteur Jessy Brown afin de reporter la première du spectacle à l’été 2020 », a déclaré la Ville par voie de communiqué mercredi. 

La production de ce spectacle à grand déploiement avait été annoncée l’automne dernier. Les élus municipaux avaient accepté d’accorder un budget de 150 000 $ à ce projet, dont 120 000 $ doivent permettre la conception du spectacle et 30 000 $, la gestion de l’événement, confiée à l’organisme Vie culturelle et communautaire de Granby. 

« Quand le conseil a adopté la présentation du projet, on savait que nos délais étaient serrés. Et, en cours de route, on s’est rendu compte que c’était trop serré pour livrer un produit de qualité en 2019. Dans ce contexte-là, on préfère reporter à 2020 », a souligné le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire à la Ville, Patrice Faucher. 

Celui-ci relève par ailleurs que l’investissement de la Ville est important pour un « projet de création » de ce genre. « On veut se donner toutes les chances de réussite », glisse-t-il. 

« Il faut que ça soit à la hauteur de l’audace de Granby », lance le maire suppléant, Alain Lacasse. 

« Ça va être un très bon spectacle. Ça va nous laisser plus de temps pour faire du tournage et se préparer », assure pour sa part Jessy Brown.

24 représentations

Ce délai permettra en outre de compléter les travaux de réaménagement du centre Notre-Dame, qui ont aussi accumulé un retard. Si une portion de l’ancienne église est désormais occupée par le Cégep de Granby, la nef, elle, est transformée en salle multifonctionnelle. 

Une importante campagne promotionnelle devrait être lancée dès le printemps 2020 pour assurer la visibilité et le rayonnement de cette activité culturelle, qualifiée par la Ville « d’unique en son genre ». 

Selon l’offre de service présentée par Jessy Brown à la Ville, dont les médias ont aussi obtenu copie, ce spectacle permettra au public de plonger dans les événements charnières de l’histoire granbyenne, par « le biais de différentes projections vidéo et effets d’éclairage, mélangés avec un jeu d’acteur réel et virtuel ».

Le concepteur a en outre évoqué la présentation de projections à 270 degrés et l’installation de 16 boîtes de son disposées en cercle autour du public, de sorte qu’une « bulle multimédia immersive » sera créée. « Dès son entrée, le public se sentira dans un environnement unique et sacré », a-t-il assuré.

La création du centre-ville, la construction de l’église Notre-Dame, les débuts du Zoo jusqu’à aujourd’hui ainsi que l’effondrement du pont Patrick-Hackett sont autant de moments marquants qui devraient faire partie du spectacle.

Pour la première année, 24 représentations sont prévues les jeudis, les vendredis et les samedis, avec une possibilité de supplémentaires. La salle du centre Notre-Dame pourra accueillir jusqu’à
350 spectateurs par représentation.

Actualités

Collision à Saint-Paul-d'Abbotsford: deux conducteurs blessés

Deux conducteurs ont été blessés dans une violente collision survenue à l’intersection des routes 235 et 112 à Saint-Paul-d’Abbotsford, mercredi matin. Un poteau supportant les feux de circulation est également tombé lors de l’impact.

La collision qui est survenue entre une voiture de marque Honda et une camionnette s’est produite vers 8 h 30. Les pompiers de Saint-Paul-d’Abbotsford, assistés par ceux de Saint-Césaire et Ange-Gardien, ont été dépêchés sur place.

 Ils étaient prêts à utiliser les pinces de désincarcération pour libérer l’automobiliste de sa voiture, ce qui n’a finalement pas été nécessaire. 

Les sapeurs ont porté assistance aux paramédics pour placer l’octogénaire qui conduisait la voiture sur une planche d’immobilisation avant de le sortir du véhicule. 

Les deux conducteurs impliqués dans la collision ont été pris en charge par les ambulanciers et ont été transportés à l’hôpital de Granby.

« On ne craint pas pour leur vie », indique la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie.

Au moment de la collision, au moins un véhicule a percuté un poteau supportant des feux de circulation. Celui-ci s’est retrouvé suspendu dans le vide, à quelques pieds de la chaussée, avant que les intervenants ne le déplacent en bordure de la route. 

La cause de l’accident n’était pas connue, mercredi, et était toujours sous enquête, a fait savoir la SQ. 

Pendant l’intervention des secouristes, la circulation était tout de même permise, mais elle était au ralenti. La situation est rentrée dans l’ordre vers 10 h. 

Actualités

Les sit-in se multiplient à l'hôpital de Granby

À près d’une semaine d’intervalle, des infirmiers de l’urgence de l’hôpital de Granby ont refusé d’effectuer leur quart de travail à deux reprises. Le manque de personnel serait la principale cause de ces sit-in .

Bien qu’elle ne préconise pas cette approche, la présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin, a passé la nuit de lundi à mardi au Centre hospitalier de Granby (CHG), auprès des infirmiers qui ont décidé d’utiliser cette ultime mesure pour faire entendre leur « cri du cœur ».

Actualités

Un projet hôtelier de luxe à Shefford

La municipalité de Shefford pourrait accueillir un important projet d’hébergement locatif à proximité de la piste cyclable l’Estriade. Les promoteurs souhaitent profiter du vaste site pour construire quinze chalets de villégiature haut de gamme et un pavillon d’accueil. L’investissement est estimé à 3 millions $.

Le nouveau complexe SÔ Lodges occuperait deux lots contigus totalisant près de 350 000 pieds carrés et formant une pointe à la jonction de la route 241 et de l’Estriade, tout près du Relais des Cheminots. Sa façade donnerait directement sur la route 241.

Actualités

Plus d’intimité pour les résidents du CHSLD de Bedford

Le CIUSSS de l’Estrie — CHUS va de l’avant avec le projet de rénovation du CHSLD de Bedford. Tel que l’organisme gouvernemental l’avait annoncé à La Voix de l’Est en août dernier, le ministère de la Santé investira près de 3,5 millions de dollars afin que les chambres doubles du CHSLD soient réaménagées et transformées en unité simple.

Le CIUSSS de l’Estrie a fait l’annonce officielle de ce projet estimé à 4 194 000 $, mardi, au CHSLD de Bedford.

Actualités

La culture s’invite à la garderie

Les enfants d’âge préscolaire de plusieurs municipalités de la MRC Brome-Missisquoi seront initiés à la culture. Un projet novateur, appelé J’inviterai l’enfance, d’après une chanson de Félix Leclerc, permettra à des artistes de la région d’aller à leur rencontre via des CPE et des garderies familiales avec des activités et des numéros développés pour ce jeune public.

La culture peut jouer un grand rôle dans le développement des enfants dès leur jeune âge, soutient Claudine Filion-Dufresne, co-instigatrice du projet et agente de développement de la culture à la Ville de Sutton. « Lorsqu’ils y sont exposés, ils développent leur langage, leur confiance en soi, leur créativité et leurs émotions. Ils apprennent à prendre leur place. Il y a de multiples bienfaits », dit la jeune femme citant des études françaises.

Actualités

Le plastique jetable banni du parc national de la Yamaska

Le parc national de la Yamaska a mis dehors le plastique jetable et plusieurs autres produits à consommation unique. Depuis lundi, Jour de la Terre, il ne reste plus aucune trace des bouteilles contenant eau et jus. Les brosses à dents en plastique, les ustensiles jetables et les pailles ont aussi disparu.

Ce grand virage vert a débuté cet hiver, alors qu’une vente de tous ces produits néfastes pour l’environnement a été organisée. Il était hors de question de s’en débarrasser en les mettant à la poubelle, expose le directeur du parc, Alexandre Brousseau. Des produits de remplacement ont été trouvés pour la plupart des produits et contenants. Par exemple, certains ont été convertis pour des contenants 100 % compostable, souligne M. Brousseau, tandis que d’autres ne seront tout simplement pas remplacés.

Actualités

Virage techno à la bibliothèque de Bromont

Comment rendre la bibliothèque de Bromont plus accessible, plus vivante? Telle est la prémisse derrière le remue-méninges ayant mené à une série de nouveautés et d’initiatives qui s’y enracinent peu à peu, dévoilées mardi.

« Ça fait longtemps que les citoyens nous demandent d’avoir accès à des livres numériques. On vous annonce aujourd’hui que c’est fait. [...] La culture, c’est hyper important. Il faut commencer tôt avec les enfants parce que ce n’est pas long qu’ils fassent des crampes du pouce, a lancé en point de presse le maire de Bromont, Louis Villeneuve, faisant référence à la forte propension des jeunes pour les jeux vidéo. Lire un bon livre de temps en temps, c’est le fun. »

Actualités

Des jeunes du PEI rencontrent le maire suppléant

En remplacement du maire Pascal Bonin, absent pour des raisons de santé, le conseiller Alain Lacasse a rencontré plus d’une centaine de jeunes de deuxième secondaire du programme d’éducation internationale (PEI) à l’école L’Envolée, mardi. Il a répondu à leurs questions et a reçu leurs suggestions pour améliorer Granby.

Quatre lettres ont été lues et remises au maire suppléant. Des équipes dans chaque classe avaient rédigé une lettre et, par vote, la plus populaire a été retenue pour la rencontre.