La Voix de l’Est
Le pygargue à tête blanche nicherait principalement non loin de lacs et de rivières riches en espèces aquatiques, dont il se nourrit.
Le pygargue à tête blanche nicherait principalement non loin de lacs et de rivières riches en espèces aquatiques, dont il se nourrit.

Les pygargues à tête blanche scrutés à la loupe

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Les pygargues à tête blanche se feraient de plus en plus nombreux dans la région, comme ailleurs au Québec. Une étude du Regroupement de zecs du Saguenay–Lac-Saint-Jean entend d’ailleurs répertorier les sites de nidification sur le territoire, dans le but d’obtenir un portrait plus précis de la situation.