Ukraine: pas encore d'accord officiel d'accès à la prison d'Olenivka

La prison d'Olenivka où sont morts des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens dans un bombardement aux circonstances encore à élucider, selon un communiqué.

Le CICR n'avait pas encore reçu dimanche d'autorisation officielle pour accéder à la prison d'Olenivka où sont morts des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens dans un bombardement aux circonstances encore à élucider, selon un communiqué.


«À l'heure actuelle, nous n'avons pas reçu de confirmation officielle nous donnant accès pour visiter le site ou les prisonniers de guerre victimes de l'attaque, et à ce jour notre offre d'assistance matérielle n'a pas été acceptées», a souligné le CICR dans ce communiqué diffusé dimanche vers 10H00 HNE.

Samedi soir, le ministère russe de la Défense avait indiqué avoir lancé une invitation au CICR et à l'ONU à se rendre sur place.

«La Fédération de Russie, dans l'intérêt d'une enquête objective sur la frappe du centre de détention à Elenovka (Olenivka en ukrainien), qui a entraîné la mort d'un grand nombre de prisonniers de guerre ukrainiens, a officiellement invité des experts de l'ONU et du Comité International de la Croix-Rouge», a déclaré le ministère de la Défense.

La prison d'Olenivka où sont morts des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens dans un bombardement aux circonstances encore à élucider, selon un communiqué.

Le CICR a demandé à accéder au site et "à tous les endroits où les blessés et les morts ont été emmenés" dès qu'il a été informé du bombardement pour la responsabilité duquel Russes et Ukrainiens se rejettent la responsabilité.

Le CICR a aussi offert une aide pour évacuer les blessés, du matériel médical.

«Nous sommes prêts à aller à Olenivka», a expliqué le CICR, qui a des équipes dans les environs parce qu'il est présent dans le Donetsk depuis 2014 et le début des hostilités entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses.

«Il est impératif que le CICR ait accès immédiatement» à la prison et aux victimes pour mener à bien sa mission humanitaire, a-t-il ajouté.

L'armée russe a fait état de 40 morts et 75 blessés, les autorités séparatistes prorusses de la région de Donetsk évoquant pour leur part jusqu'à 53 morts.

Quant au président ukrainien Volodymyr Zelensky, il a qualifié le bombardement qui a fait «plus de 50 morts» de «crime de guerre russe délibéré».