La Voix de l’Est
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Plus jeune, j’ai longtemps eu l’impression que ma vie était conçue comme un de ces romans dont nous sommes le héros, c’est-à-dire qu’une seule séquence de choix, parmi la pléthore de décisions à prendre, nous amène à une fin heureuse. Et, trop souvent, je me suis entêtée dans des avenues qui s’avéraient être des culs de sacs, convaincue qu’il n’existait qu’un chemin unique vers le bonheur.
Plus jeune, j’ai longtemps eu l’impression que ma vie était conçue comme un de ces romans dont nous sommes le héros, c’est-à-dire qu’une seule séquence de choix, parmi la pléthore de décisions à prendre, nous amène à une fin heureuse. Et, trop souvent, je me suis entêtée dans des avenues qui s’avéraient être des culs de sacs, convaincue qu’il n’existait qu’un chemin unique vers le bonheur.

L’art de se contenter

CHRONIQUE / Se contenter est un art, je vous le dis.