La Voix de l’Est
Une employée du centre d’hébergement Horace-Boivin à Waterloo, qui était pendant deux semaines au CHSLD Villa-Bonheur - l’un des points chauds de la seconde vague - reviendra sur son lieu de travail habituel sans quarantaine. 
Une employée du centre d’hébergement Horace-Boivin à Waterloo, qui était pendant deux semaines au CHSLD Villa-Bonheur - l’un des points chauds de la seconde vague - reviendra sur son lieu de travail habituel sans quarantaine. 

«On joue avec la vie des gens»

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Plusieurs membres du personnel du centre d’hébergement Horace-Boivin à Waterloo sont en colère contre leur employeur et s’inquiètent pour leur sécurité et celle des résidents. Jusqu’ici, l’établissement a été épargné par la COVID-19. Or, selon nos sources, la direction s’apprête à rapatrier ce week-end, sans quarantaine, une de leurs collègues envoyées au front depuis près de deux semaines au CHSLD Villa-Bonheur à Granby, aux prises avec une fulgurante éclosion ayant fait à ce jour 22 victimes.