Requiem pour la Maison Knowlton

La Maison Knowlton, bâtie en 1815 par le fondateur du village, Paul Holland Knowlton, est maintenant sous la protection de la loi sur les biens culturels. Des citoyens souhaitent le déménagement du bâtiment principal (à gauche sur la photo).

La Maison Knowlton ne pourra être démolie. Demeure du fondateur de Knowlton, l'agriculteur Paul Holland Knowlton, la vénérable maison est maintenant sous le coup d'un avis de protection de la Ville de Lac-Brome.


Le conseil municipal de Lac-Brome a déposé un avis de motion en ce sens en début de semaine pour empêcher toute altération, modification ou démolition de la célèbre maison construite en 1815 sur le chemin Lakeside. La mesure vient reconnaître la valeur patrimoniale de la maison et la nécessité de la préserver en tant que monument historique. La mesure, basée sur la Loi sur la protection des biens culturels, sera officiellement déposée lors d'une prochaine séance du conseil, mais l'avis a déjà force de loi.

«On ne sait pas encore ce qu'on va faire avec la maison. Mais pour nous, l'important était de la protéger. Maintenant, on va regarder ce qui peut être fait», a expliqué le maire Gilles Decelles.

La Ville de Lac-Brome n'entend pas mener ce projet de front, soutient M. Decelles. Ce dernier a dit espérer que des citoyens démontrent leur intérêt pour la sauvegarde de la Maison Knowlton et qu'ils entreprennent des démarches pour arriver à leurs fins. La Ville les accompagnera, promet le maire. «On ne sait pas encore comment, mais si le message est clair de leur part, le conseil va regarder ce qui peut être fait.»

Le club de golf de Knowlton, propriétaire de la Maison Knowlton, veut trouver une solution. La direction du club privé souhaite que la maison soit déménagée. Elle est même prête à faire un don de 10 000 $ pour aider à la déménager, a indiqué en entrevue sa directrice générale, Louise Côté.

L'avenir de la Maison Knowlton a refait surface en novembre 2010, lorsque le club de golf a demandé un permis de démolition. La demeure ancestrale, qui a naguère servi de bureaux au club de golf, est en piètre état et coûte cher à maintenir, à chauffer, à assurer et en taxes municipales, a énuméré Mme Côté. «Ça coûterait plus de 300 000 $ pour la rénover.»

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est