François Bonnardel ulcéré

«On doit ramener dans le coffre-fort de l'Agence les sous qui nous étaient promis. C'est indéniable qu'on va ravoir cet argent, on vous le garantit», assure le député de Shefford François Bonnardel.

Le député de Shefford, François Bonnardel, est ulcéré.  «On demande au CSSS d'améliorer le dossier. Et là, soudainement, on prend encore en otage les personnes âgées de la Haute-Yamaska», déplore-t-il, faisant valoir que la région manque grandement de places en hébergement pour les personnes en grande perte d'autonomie.


«On nous empêche de mettre à niveau une résidence qui en a grandement besoin, déplore-t-il. C'est un oeil au beurre noir qu'on a aujourd'hui de la part du gouvernement.»

François Bonnardel rappelle que le gouvernement libéral n'a toujours pas livré le CHSLD de 66 lits - en partenariat public-privé - également annoncé en 2007.



«On nous a toujours dit que dans le coffre-fort de l'Agence il y avait des fonds pour ça», indique le député. L'Agence a demandé à l'établissement d'améliorer le dossier, rappelle-t-il. Cette dernière recevait la version définitive du projet à la fin mai. Le réaménagement de Villa Bonheur est le seul des huit projets qui avaient été annoncés en Montérégie pour lequel il ne reste plus d'argent.

«Je me pose des questions, indique le député Bonnardel. Est-ce que le poids des personnes âgées est moins fort ici? Je trouve ça inconcevable, impardonnable», martèle-t-il.

Où est l'argent?

«Quand t'annonces ça en août - qu'il n'y a plus d'argent pour le projet - et que tu sais que ton DG est parti en vacances, je trouve ça maladroit. J'aurais aimé un peu plus de diplomatie de la part de l'Agence. On aurait dû nous dire l'argent de Villa Bonheur, on l'a dépensé où», fait-il valoir. Le député ajoute «qu'en dollars d'aujourd'hui», les travaux évalués à 2,5 millions, à l'époque, coûteraient maintenant plus de 3 millions.



Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est