La Voix de l’Est
«En 2009, explique le biologiste Clément Robidoux, on a mis en place la première phase du projet. Il s'agissait de cibler quelques actions à poser et des mesures d'atténuation pour assurer la survie de la tortue des bois. Pour cela, on a créé une équipe de travail formée de spécialistes en agriculture et de spécialistes sur la tortue des bois.»
«En 2009, explique le biologiste Clément Robidoux, on a mis en place la première phase du projet. Il s'agissait de cibler quelques actions à poser et des mesures d'atténuation pour assurer la survie de la tortue des bois. Pour cela, on a créé une équipe de travail formée de spécialistes en agriculture et de spécialistes sur la tortue des bois.»

Les agriculteurs veulent sauver la tortue des bois

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Quelques champs de la région de Brome-Missisquoi, surtout très au sud comme à Sutton et à Abercorn, risquent fort d'être plus garnis que par les années passées dès cet été. C'est que 16 agriculteurs ont accepté de faire passer la hauteur de la fauche du foin et des praires de 5 cm à 10 cm sur des bandes de 200 m de profondeur de chaque côté des rivières ciblées, soit Missisquoi, Missisquoi Nord, Sutton et Tomifobia.