La Voix de l’Est
Le propriétaire de Poissonnerie Cowie, Jacques Martin, estime que le gouvernement québécois rend la vie trop facile aux syndicats pour recruter de nouveaux membres.
Le propriétaire de Poissonnerie Cowie, Jacques Martin, estime que le gouvernement québécois rend la vie trop facile aux syndicats pour recruter de nouveaux membres.

Le proprio farouchement opposé

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est
Les employés de la Poissonnerie Cowie de Granby pourraient se syndiquer. Ils se prononceront dans trois semaines pour déterminer s'ils se joindront aux Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC). Le propriétaire de l'entreprise s'oppose à la démarche. Il craint d'être incapable de pouvoir poursuivre ses affaires.