La Voix de l’Est
Bernardo Castro, un Granbyen d'origine chilienne, a vécu beaucoup d'inquiétude après avoir appris qu'un séisme avait frappé son pays d'origine, ses frères et sa mère y demeurant toujours. Heureusement, il a été rassuré par la suite.
Bernardo Castro, un Granbyen d'origine chilienne, a vécu beaucoup d'inquiétude après avoir appris qu'un séisme avait frappé son pays d'origine, ses frères et sa mère y demeurant toujours. Heureusement, il a été rassuré par la suite.

Des Granbyens d'adoption ont craint pour leurs proches

Marc Gendron
Marc Gendron
Les Coops de l'information
C'est le téléphone qui a réveillé Bernardo Castro, vers 5h15 samedi matin. Au bout du fil, un ami, Arturo Pizarro, chilien comme lui, qui lui annonce que son pays d'origine vient d'être secoué par un violent tremblement de terre de magnitude 8,8. «Je suis tout de suite allé ouvrir mon ordinateur pour prendre des nouvelles de mes proches, raconte le mécanicien de 55 ans, employé de Bombardier à Valcourt et résidant de Granby depuis une vingtaine d'années. Aucun site internet chilien ne fonctionnait. Ça disait toujours ''Serveur indisponible''. J'étais très inquiet.»