La Voix de l’Est
Le centre d'hébergement Villa-Bonheur a grandement besoin d'être rénové et mieux adapté à sa clientèle en grande perte d'autonomie. Malgré une subvention gouvernementale de 2,6 millions$ annoncée en 2007, il n'y a toujours rien eu de concret sur le terrain.
Le centre d'hébergement Villa-Bonheur a grandement besoin d'être rénové et mieux adapté à sa clientèle en grande perte d'autonomie. Malgré une subvention gouvernementale de 2,6 millions$ annoncée en 2007, il n'y a toujours rien eu de concret sur le terrain.

Ce n'est pas la joie à Villa-Bonheur

Chantal Vallée
Chantal Vallée
La Voix de l'Est
À Villa-Bonheur, on ne s'en cache pas: la note accordée par l'équipe d'évaluation déçoit."On a trouvé la cote sévère", réagit Martine Gendron, directrice du programme des personnes hébergées au CSSS de la Haute-Yamaska, dont fait partie Villa-Bonheur. "Ils vérifient 26 points. Là-dessus, il y en a quatre sur lesquels on n'a eu aucune recommandation. C'est le cas des soins et de la surveillance. On n'a reçu aucun élément négatif à ce sujet. Pour le reste, on est déjà au travail", souligne-t-elle.