La Voix de l’Est
Depuis juillet, au moment où elle a appris que tout espoir de guérison de son cancer des ovaires était éteint, Nancy Mawn, une Granbyenne de 48 ans, a beaucoup pensé à créer des instants de magie pour apaiser la douleur de son clan.
Depuis juillet, au moment où elle a appris que tout espoir de guérison de son cancer des ovaires était éteint, Nancy Mawn, une Granbyenne de 48 ans, a beaucoup pensé à créer des instants de magie pour apaiser la douleur de son clan.

«Mourir, ce n'est pas la fin du monde»

Chantal Vallée
Chantal Vallée
La Voix de l'Est
«Quand on m'a annoncé que j'étais en phase terminale et que c'était fini, la seule chose que je trouvais difficile, c'était de faire de la peine à ma gang et de ne plus être là pour les consoler. Je me suis mise à réfléchir. Et j'ai trouvé: ma mission serait de créer des beaux souvenirs. Je vais m'appliquer à ça».