La Voix de l’Est
Les contre-interrogatoires menés hier par l'avocat de Gerry Moar, Me Owen Falquero, ont permis de découvrir que la Direction de la santé publique n'a pas tenu compte des résultats de tests scientifiques en 2006 dans sa décision de fermer le lac Brome en raison de la présence de cyanobactéries.
Les contre-interrogatoires menés hier par l'avocat de Gerry Moar, Me Owen Falquero, ont permis de découvrir que la Direction de la santé publique n'a pas tenu compte des résultats de tests scientifiques en 2006 dans sa décision de fermer le lac Brome en raison de la présence de cyanobactéries.

Le lac Brome fermé malgré des tests négatifs

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est
Tous les résultats d'analyse des échantillons d'eau prélevés dans le lac Brome durant sa fermeture en 2006 en raison de l'éclosion d'algues bleues, hormis un seul, démontraient que les taux de toxicité ne dépassaient pas les seuils de dangerosité pour les humains.