La Voix de l’Est
Même si elle admet que de plus en plus de gens se posent des questions sur la grippe A (H1N1), Lucie Coupal assure qu'il en faudrait beaucoup plus pour enlever le goût du Sud aux voyageurs.
Même si elle admet que de plus en plus de gens se posent des questions sur la grippe A (H1N1), Lucie Coupal assure qu'il en faudrait beaucoup plus pour enlever le goût du Sud aux voyageurs.

Les voyageurs inquiets... pour leur investissement

Marc Gendron
Marc Gendron
Les Coops de l'information
La pandémie de grippe A (H1N1) inquiète de plus en plus les Québécois, et ceux qui prévoient un séjour à l'extérieur du pays n'y font pas exception. Chez les voyagistes, on admet que, sans remettre leur projet de voyage en question, de plus en plus de gens posent des questions à propos du virus et de l'incidence que celui-ci pourrait avoir non pas sur leur santé, mais sur leur investissement.