La Voix de l’Est
Stéphanie Orliange, propriétaire de la Chèvrerie du Ruisseau dans le Canton de Shefford, s'inquiète du largage de vaccins oraux contre la rage du raton laveur sur ses terres. Elle craint que sa production soit affectée si jamais ses porcs ou ses chèvres ingèrent les appâts en raison de l'odeur sucrée qu'ils dégagent.
Stéphanie Orliange, propriétaire de la Chèvrerie du Ruisseau dans le Canton de Shefford, s'inquiète du largage de vaccins oraux contre la rage du raton laveur sur ses terres. Elle craint que sa production soit affectée si jamais ses porcs ou ses chèvres ingèrent les appâts en raison de l'odeur sucrée qu'ils dégagent.

Des producteurs préoccupés

Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est
Des producteurs agricoles de la région redoutent le largage par voie aérienne de vaccins oraux contre la rage du raton laveur. Ces derniers craignent que ces appâts minent leur production en étant avalé par leur bétail ou en entrant en contact avec leurs récoltes.