La Voix de l’Est
Les administrateurs du centre de réhabilitation pour toxicomanes le Pavillon alternatif n'ont pas payé le loyer de l'établissement depuis novembre 2008 et le propriétaire des lieux, le diocèse de Saint-Hyacinthe, n'entend pas renouveler le bail.
Les administrateurs du centre de réhabilitation pour toxicomanes le Pavillon alternatif n'ont pas payé le loyer de l'établissement depuis novembre 2008 et le propriétaire des lieux, le diocèse de Saint-Hyacinthe, n'entend pas renouveler le bail.

Des toxicomanes dans une situation précaire

Nancy Beaulieu
Nancy Beaulieu
La Voix de l'Est
La soixantaine de résidants - dont une dizaine d'enfants - du centre de réhabilitation pour toxicomanes le Pavillon alternatif, à Shefford, se trouvent devant un sort incertain. Bien que le centre reçoive des prestations mensuelles de 50 000 $ du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), les administrateurs n'ont pas payé le loyer depuis plusieurs mois et les propriétaires du bâtiment refusent de renouveler leur bail de deux ans qui se termine à la fin du mois.