La Voix de l’Est
Trois solutions, une biologique, une technologique et une chimique, seront mises à l'essai au printemps prochain pour réduire le phosphore dans le lac Waterloo.
Trois solutions, une biologique, une technologique et une chimique, seront mises à l'essai au printemps prochain pour réduire le phosphore dans le lac Waterloo.

Un trio de solutions pour le lac Waterloo

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est
Une mesure biologique, une technologique et une chimique seront simultanément mises à l'essai au printemps prochain dans le lac Waterloo. Le but: réduire les concentrations de phosphore dans l'eau afin d'éviter la prolifération d'algues bleues.